l'histoire de la musique de la ville de Mirecourt (88)

 

L'histoire de la musique

 

           Il faut dire que le choix a été particulièrement difficile car trouver une entreprise qui accepte de nous ouvrir ses portes un samedi est chose de plus en plus rare, mais notre but était avant tout de faire ou de refaire connaissance avec des anciens élèves de Mouchard et tisser des liens amicaux qui deviendront un plus pour les relations professionnelles des plus jeunes promotions. Nous devions donc  trouver un thème qui intéresse et qui puisse rassembler toutes les générations pour quelques heures. C'est pour cette raison que notre choix s'est porter sur la musique et son histoire et dans ce cas Mirecourt était certainement, la cité la plus appropriée.

C'est ainsi que pour cette journée, avec l'aide du bureau national, nous avions invité 175 anciens, parmi eux, 38 ont répondu présent, la plus ancienne promotion 1948 était représentée par 2 personnes mais également la plus jeune promotion 2001, c'est pour dire l'importance de notre association qui est capable de rassembler plusieurs générations qui n'ont qu'un but en commun le travail du bois.

Nous nous étions fixé rendez-vous à 10h pour tenir notre assemblée générale,  une heure semblait suffire  pour faire le tour de différents sujets que nous devions aborder malheureusement le temps passe vite et nous avons du écourter cette réunion pour visiter les ateliers de fabrication des instruments de musique. Comme notre groupe était relativement conséquent, nous avons du le diviser en deux pour découvrir un atelier de restauration de violon ou un fabricant de mandolines. Nous y avons appris que pour devenir un grand luthier, il faut aimer la musique et s'armer de patience pour travailler différentes essences de bois dont une l'épicéa provient uniquement  de la forêt de la joux dans le jura,  l'érable est particulièrement recherché pour ses mailles,  l'ébène  est utilisé pour réaliser les clefs du violon et enfin le pernambouc est  apprécié pour ses propriétés mécaniques dans la fabrication des archets. Nous avons également découvert que l'âme du violon n'est pas une simple légende mais que c'est bien au contraire un élément en épicéa indispensable à la bonne sonorité des instruments. A midi, c'était le moment idéal pour partager nos différentes expériences et si la siviculture, la scierie, les charpentes lamellées collées, le mobilier ou la literie était les sujets préférés des hommes les femmes discutaient d'enfants, de dentelle et de l'absence de leur mari.

Nous nous étions réservé l'après midi pour visiter les musées encore une fois  en deux  groupes l'un pour l'histoire du violon et l'autre pour la musique mécanique car si mirecourt est  toujours reconnu pour ses violons, c'est aussi la cité berceau de la facture d'orgues à manivelle. C'est d'ailleurs au XIXe siècle qui fut l'âge d'or des orgues de rue, de danse, et de manèges que cette petite ville des Vosges se développa  en commercialisant des orgues à manivelle très puissant pour jouer  dans les parcs et lieux publics. C'est dans cette ambiance musicale et chaleureuse que nous avons surpris des anciens entrain de danser sur les airs d'antan que l'un de nos collègues faisait sortir d'une boite, comme par magie, en tournant une simple manivelle.

Malheureusement l'après midi était beaucoup trop courte pour découvrir toutes les richesses de cette cité car beaucoup d'entre nous avaient programmé la visite des deux musées mais visiblement le temps manquait pour raconter tout ce que nous avions à nous dire et découvrir autre chose.

Desnouvaux olivier

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×